N.D de la Rouvière « Cultures » 
Un souffle coopératif au village

L'arrivée du frelon asiatique…


Prédateur bien connu après son introduction accidentelle en Europe (en 2004 en Aquitaine), le Vespa velutina est dans le Gard et la région (Le Vigan, Valleraugue) depuis 2007. Il s'attaque de préférence aux colonies d'abeilles, il a été vu plusieurs fois depuis début septembre 2010 en vol de prédation sur un rucher à Valnières.

Identifier l'insecte
Différent du Vespa Crabo de nos jardins, le frelon asiatique porte une robe brune-noire, une face bien orangée, des pattes jaunes et un unique anneau jaune sur l’abdomen. vespa velutina * Il construit son nid en hauteur sur les arbres et collecte de la nourriture carnée en guise de réserves pour sa colonie. En automne les femelles reproductrices quittent le nid, s’accouplent avant d'hiverner, puis les mâles, les larves et les ouvrières meurent. Au printemps, chaque reine “fondatrice” ébauche un nouveau nid, commence à pondre et soigne ses larves. Un mois plus tard des adultes (ouvrières) procèdent à l’extension du nid et entretiennent la colonie. L’activité augmente alors considérablement et le nid, à son maximum en automne, peut atteindre un mètre de hauteur (photo). Informations complètes sur le site de l’INPN (http://inpn.mnhn.fr ).

La biodiversité est menacée
Avec des colonies 2 à 3 fois plus populeuses, le frelon asiatique est potentiellement invasif. Son régime alimentaire, très varié, repose sur la capture d’insectes pour nourrir les larves : outre les abeilles sauvages et domestiques, il s’attaque aux guêpes, mouches, papillons, chenilles et araignées, toutes espèces importantes au maintien de la diversité animale et végétale dans nos campagnes. L’apis mellifera des ruchers, cible privilégié, n’a pour l’instant que de faibles capacités de défense et dans certaines régions, des colonies ont déjà été décimées.

Une observation citoyenne
Nous sommes concernés (notamment par la pollinisation “gratuite” des insectes...) mais pouvons aussi apporter notre contribution pour lutter contre le prédateur : signaler la présence d’un nid, visible sur les grands arbres, frêne, peuplier, proches des cours d'eau. nid de frelon * Pour des colonies mortes en hiver, les nids vides sont inoffensifs ; remarquer que leur entrée sur le côté se différencie de celle du frelon européen (à son extrémité basse). Si l’emploi de pièges est controversée, une destruction ciblée des nids vivants entre juillet et août (avant le départ des reines fondatrices) peut limiter la prolifération du frelon asiatique : appeler les pompiers qui avertiront les services compétents afin d’envisager une destruction sécurisée et écologique.

Toutes les observations et informations sont bienvenues, elles peuvent être adressées à Michel L. au 09.6407.3324 ou par courriel <mlangloi50[arobas]free.fr>, qui fera le relais auprès de l’observatoire du frelon asiatique en France.
...
Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]